• christophegervot

Marcher sur les mains mais voter à bulletins secrets

(J'ai commencé à publier des poèmes et des textes sous un deuxième hétéronyme, après 'GoldenCangré'. Ces poèmes, je les signe du nom de Christopher Reed. Christophe Gervot, GoldenCangré et Christopher Reed, trois noms : mon vrai nom, et deux hétéronymes pour une seule personne, moi.)



A mes lecteurs,

Je suis Christopher Reed, je suis Christophe Gervot, je suis de nationalité et de citoyenneté française (et je vis dans mon pays où l’on vote à bulletins secrets).

Et quand j’écris, la plupart du temps, de la littérature, j’écris dans ma langue natale, le français.

Mes papiers d’identité, mes documents officiels, à chaque fois que je fais une démarche qui engage mon identité, en lien avec la République où je vis, la République française, et à chaque fois que j’ai une relation avec mes banques et que celles-ci me permettent de régler mes achats, quand je ne paye pas en liquide et que celui-ci ne provient pas d’un retrait à un guichet automatique ou au guichet de l’une de mes banques, cette identité et cette nationalité sont mises en jeu.

Je suis de nationalité française, mais je ne suis pas nationaliste, ni chauvin quand je regarde un match à la télévision.

Depuis que l’Union européenne a été créée et que j’ai des amis dans d’autres pays que le mien, je suis encore moins chauvin devant des compétitions internationales.

Le seul moment où je regarde autrement les compétitions sportives, et surtout le football, c’est pour les coupes du monde et les tournois européens qui engagent les nations.

La France, savez-vous, a gagné deux coupes du monde de football. La premières, qui avait lieu en France, avait fait connaître davantage la France qu’on appelait « Black, Blanc, Beur », en raison de la composition de l’équipe, qui était plurielle quant aux origines des joueurs. Mais, ne vous méprenez pas, les nationalistes sans complexe, les nationalistes décomplexés et les nationalistes déguisés diversement, ces joueurs, et ceux qui ont gagné la deuxième coupe du monde pour la République française, sont français.

On ne peut pas dire : « D’accord, ils sont français, mais ils sont blacks, ou blancs, ou beurs... ».

Mais la France actuelle, qu’est-ce qu’elle nous apporte ?

N’oublions pas que c’est la France de la Vème République, ultraprésidentialiste, et que l’État français est centralisé, malgré des tentatives de décentralisation.

La France était considérée comme le « pays des droits de l’homme », avec tous les droits ainsi nommés présents dans sa Constitution.

Mais même ces droits ont été abîmés.

De toutes manières, si on ne peut subvenir à ses besoins quand on travaille ou quand on ne peut pas trouver d’emploi pour diverses raisons, qu’en est-il de la devise républicaine de la France : « Liberté, égalité, fraternité ? ».

Elle devient dans ce cas, comme dans d’autres, celle-ci : ......., ......., fraternité, mais alors, ce n’est pas la République qui assure la fraternité.

C’est nous, nous qui en sommes capables.

Les réformes des retraites successives, qui toutes remettent en cause les acquis sociaux afférents aux retraites, ne manifestent-elles pas que les charges salariales et donc patronales qui sont liées aux contrats de travail que nous signons quand nous avons cette chance, si c’est notre choix et quand c’est notre choix de travail, ne rentrent pas assez dans les caisses de l’État pour les assurer ?

Un jour, j’ai demandé à un gendarme au téléphone de quelle manière il fallait marcher le lendemain. Je lui ai proposé : sur les mains ? Il m’a répondu : « Oui, sur les mains ».

Vous voyez où nous en sommes en France.

Et vous,

qu’en pensez-vous ?

Il ne nous reste parfois, quand nous y croyons encore, qu’à voter, pour le ou la moins pire des candidats aux élections, car elles existent, et notre vote est secret : il s’effectue à bulletin secret. Protégeons cette garantie.

Christopher Reed (hétéronyme de Christophe Gervot), écrivain, le 27/09/2020.

©2019 par Christophe Gervot. Créé avec Wix.com